• Accueil
  • > Articles
  • > La Société de Chasse « La Chauméane » de Combovin (Drôme) a été condamnée par le Tribunal d’Instance à la demande d’une star du X et de son mari.

La Société de Chasse « La Chauméane » de Combovin (Drôme) a été condamnée par le Tribunal d’Instance à la demande d’une star du X et de son mari.

Lisez le jugement du 24 Juin 2015 qui est intégralement publié à la fin du présent article.

o-300x225 actrice porno et chasseresse dans Articles d-300x225 ALLONCLE

Résumé des faits à l’origine de la décision de Justice :

En date du 17 Mars 2012, « l’Association Communale de la Chasse La Chauméane », dite Société de Chasse « La Chauméane », représentée par son Président en exercice : Monsieur Eric PERRIER, a prononcé l’exclusion immédiate :

  • De « Joséphine de l’Île Maurice » (Madame Francine MAUREL épouse FLOCH), chanteuse et star du X;
  • Et de Monsieur Didier FLOCH, son mari.

j

Ceci au motif initial que Monsieur Eric PERRIER aurait trouvé dans sa boite aux lettres, des photographies les montrant tous deux dans des postures indécentes …

S’agissant sans doute d’images pornographiques professionnelles de l’actrice, imprimées d’après ses sites en ligne sur le réseau Internet, l’association, par la voix de son Président, devait ensuite officiellement reconnaître que Monsieur FLOCH, solidairement sanctionné avec son épouse, n’apparaissait en réalité sur aucune de ces photographies.

Puis, probablement consciente du caractère particulièrement infondé du motif initial de la sanction qu’elle venait d’infliger au couple FLOCH, l’association a dans un second temps, tenté de « surmotiver » sa décision au motif supplémentaire du port de jupes par « Joséphine de l’Île Maurice » et par « La Loupette » (Madame Isabelle CORDEIRO), une invitée également connue pour avoir été une icône de la pornographie en raison de ses sites alors publiés sur le réseau Internet.

Si les responsables de la Société de Chasse « La Chauméane » paraissaient désormais réellement vouloir en « chasser » toutes les femmes en jupes, là encore ce second motif ne concernait en rien Monsieur Didier FLOCH quant à lui toujours habillé en pantalons, mais pourtant sanctionné, rappelons-le, par une exclusion immédiate au même titre que son épouse.

Devant tant d’injustice et confrontés à ce qu’ils ont considéré comme une prise à partie, les époux FLOCH ont par conséquent saisi la Justice dans le but d’obtenir : 

  • Une reconnaissance officielle de leur totale absence de faute dans le cadre de cette affaire scandaleuse;
  • Et la réparation des préjudices qu’ils ont subis du fait d’une sanction qu’ils estimaient non méritée.

 

Outre son Président, le Bureau de ladite association était au moment des faits, composé comme suit :

Messieurs Paul VIGNON (Vice-Président), Gilbert FERLAY (Secrétaire), Jean ALLONCLE (Trésorier);

Assistés des membres suivants : Messieurs Jean GORCE, Pierre MOTTET, Michel MOULIN et Michel JOURDAN.

**********

 

condamnation

Condamnation

de la Société de Chasse

« La Chauméane » :

 

Par jugement publiquement rendu le 24 Juin 2015, le Tribunal d’Instance à Valence (Drôme) a reconnu que le couple avait été irrégulièrement et abusivement exclu de l’association, sans qu’ait préalablement été respecté son droit à se défendre.

Le Tribunal a pour cela constaté :

  • Qu’il ressortait du courrier d’exclusion adressé aux époux FLOCH, que le motif de cette décision était tiré de la vie privée ou professionnelle de Madame Francine MAUREL épouse FLOCH alias « Joséphine de l’Île Maurice » de son pseudonyme d’artiste, puisque celle-ci joue dans des vidéos pornographiques ou s’expose sur des sites du même type en ligne sur le réseau Internet;
  • Que l’association de chasse « La Chauméane » n’avait pas établi qu’au moment où elle avait pris sa décision d’exclure Madame FLOCH, les choix de vie de celle-ci avaient perturbé le fonctionnement de l’association;
  • Que cette décision ne pouvait qu’être regardée comme abusive puisque ayant été prise en considération d’éléments tirés de la vie privée ou personnelle de Madame FLOCH;
  • Que s’agissant de Monsieur Didier FLOCH, la décision de l’exclure apparaissait encore moins fondée puisqu’il n’était pas contesté par l’association des chasseurs, que celui-ci n’apparaissait pas sur les vidéos et sites pornographiques en question;
  • Et que le simple fait d’être l’époux de Madame FLOCH ne pouvait suffire en effet, pour fonder son exclusion de l’association.

* Pour lire les documents justificatifs dans une nouvelle fenêtre, cliquez sur les images ci-dessous :

Jugement page 1  Jugement page 2  Jugement page 3

 

Jugement page 4

Ci-dessus, les 4 pages du jugement rendu le 24 Juin 2015 par le Tribunal d’Instance à Valence (Drôme).

Le Tribunal n’a enfin pas jugé nécessaire de statuer sur la question du port de la jupe, tant par Madame FLOCH que par une invitée de l’association en la personne de Madame CORDEIRO, un fait par conséquent non évoqué dans sa décision, même s’il avait dans un second temps, servi à l’association comme prétexte supplémentaire à l’exclusion des époux FLOCH.

Le Tribunal s’est en effet limité à constater l’illégalité de l’exclusion des époux FLOCH, n’ayant eu besoin pour cela que de statuer sur le motif initialement invoqué par l’association pour sanctionner le couple, à savoir le fait que Monsieur Eric PERRIER, son Président, l’accusait formellement d’apparaître dans des postures qu’il a qualifié d’indécentes à son goût, sur des photographies prétendues avoir été tirées d’un site non identifié du réseau Internet (probablement de l’un de ceux professionnels de Madame FLOCH), des images pornographiques qu’il alléguait avoir trouvé dans sa boite aux lettres.

En l’espèce, le juge n’a sans doute pas été dupe, ayant bien compris que si la Société de Chasse « La Chauméane » s’était égarée de la sorte au point de prétexter en second lieu, que le port de jupes par ces dames étaient un motif supplémentaire à la sanction des époux FLOCH, c’était probablement pour essayer de détourner l’attention du tribunal du motif initialement invoqué que les représentants de l’association n’ignoraient pas être infondé, rendant la punition du couple aussi abusive qu’irrégulière ainsi que cela est aujourd’hui reconnu d’une manière incontestable.

LA VERITE EST AUJOURD’HUI RETABLIE :

Les époux FLOCH ont bien été victimes de l’association de chasse « La Chauméane » qui les a abusivement et irrégulièrement exclus en l’absence de motif légitime comme de toute faute de leur part.

 

La Société de Chasse   b-225x300 actrice porno et chasseresse dans Articles

Didier FLOCH et « Joséphine de l’Île Maurice » (Madame MAUREL épouse FLOCH), du temps où ils chassaient encore au sein de la Société de Chasse « La Chauméane » dont ils ont depuis, obtenu la condamnation.

0 Réponses à “La Société de Chasse « La Chauméane » de Combovin (Drôme) a été condamnée par le Tribunal d’Instance à la demande d’une star du X et de son mari.”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Untracteurpourolympie |
Alain2v |
Alaloop |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Alleedesjardins
| Abcmarketing
| Lejournaldepavel